Sélectionner une page

18 novembre 2019 – Le Prix Apollinaire aux Deux Magots

 

Les passionnés de poésie étaient réunis ce lundi 18 novembre aux Deux Magots pour assister à la remise du Prix Apollinaire 2019.

Nous félicitons chaleureusement le lauréat, Olivier Barbarant, récompensé pour « Un grand instant » aux éditions Champ Vallon. Tous nos compliments également à Sébastien Fevry, qui a obtenu le Prix Apollinaire Découverte pour « Solitude Europe » au Cheyne éditeur.

Le président du jury Jean-Pierre Siméon, Olivier Barbarant (lauréat du Prix Apollinaire), Catherine Mathivat (Présidente des Deux Magots), Sébastien Fevry (lauréat du Prix Apollinaire Découverte), Christian Vadim.

Olivier Barbarant est l’auteur de six recueils de poèmes parmi lesquels figurent notamment : Essais de voix malgré le vent (Prix Mallarmé 2004), Élégies étranglées (2013) et Un grand instant (2019), parus aux Éditions Champ Vallon. En 2015, son anthologie d’auteur Odes dérisoires et autres poèmes a été publiée dans la collection « Poésie / Gallimard ». Parallèlement à son écriture personnelle, il se consacre à la critique littéraire. Agrégé de lettres modernes et docteur en littérature à l’Université Paris VII, Olivier Barbarant est à présent inspecteur général de l’Éducation nationale dans le groupe Lettres. « La force de l’écriture d’Olivier Barbarant réside dans le regard à la fois lucide et caressant qu’il porte sur la vie, un regard-étreinte, enveloppant et chaleureux, capable – et, en définitive, je pense que c’est bien là la vocation de la poésie – de changer le cœur en une plus grande cylindrée pour que le monde ne soit plus écartèlement », précise la secrétaire générale du Prix Apollinaire Linda Maria Baros.

Sébastien Fevry, né en 1976 en Belgique, a fait des études de lettres et de cinéma. Actuellement, il enseigne à l’université. Solitude Europe (Cheyne éditeur, 2018) – qui s’est déjà vu décerner le Prix Nicole Houssa 2018 de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique et le Prix François Coppée 2019 de l’Académie française – est son premier recueil de poèmes. « Un recueil lumineux où l’on va de surprise en surprise et qui rend sensible tout à coup le mystère ou la part cachée des êtres et des choses », comme le souligne Guy Goffette.

Christian Vadim nous a fait l’honneur d’être le parrain de cette édition 2019, succédant à Juliette Binoche, Jacques Weber et Catherine Frot. Comme le veut la coutume, le comédien a lu des poèmes des deux recueils primés, pour le plus grand plaisir de ce public amoureux des mots.

Christian Vadim, parrain de l’édition 2019.

Le Prix Apollinaire a été créé en 1941 par le poète Henri de Lescoët en hommage à l’illustre Guillaume Apollinaire, génie absolu de la poésie, figure du Saint-Germain-des-Prés du début du XXème siècle, et client habitué des Deux Magots.

Le Prix couronne chaque année « en dehors de tout dogmatisme d’école ou de technique un recueil caractérisé par son originalité et sa modernité ». Il est considéré comme un Goncourt de la poésie, en partie parce que certains membres du jury ont été ou sont jurés Goncourt, comme André Billy, Hervé Bazin, Armand Lanoux, Robert Sabatier ou Tahar Ben Jelloun. Nouvellement créé, le Prix Apollinaire Découverte couronne, quant à lui, un jeune auteur particulièrement remarquable aux yeux des membres du jury. Nous accueillons la remise de ces deux Prix depuis 2016, et nous en sommes fiers.

Présidé par Jean-Pierre Siméon – poète et dramaturge, directeur de la collection « Poésie / Gallimard » –, le jury est composé de personnalités du monde de la poésie. Nommons-les avec plaisir : Marc Alyn, Linda Maria Baros (secrétaire générale), Tahar Ben Jelloun, Zéno Bianu, Fabienne Courtade, Philippe Delaveau, Guy Goffette, Jean Portante et Jean Rouaud.

Catherine Mathivat, présidente des Deux Magots, apporte un soutien indéfectible aux deux récompenses en accueillant leur cérémonie de remise, mais aussi en les dotant respectivement de 3.500 euros et 500 euros. Les deux Prix bénéficient également de l’appui d’autres mécènes, compagnons de longue date : Pierre Guénant, propriétaire du vignoble Villa Beaulieu, Pierre Walusinski, de la librairie Nicaise, et Le Printemps des Poètes.

Nous espérons que cette soirée restera un heureux souvenir pour les deux lauréats, et que le Prix saura donner des ailes à leurs œuvres futures.